Bienvenue dans le monde des saveurs

Café Kenya

Cafés du Kenya

Les premiers plants sont introduits en 1905 par des scientifiques Allemands, mais les productions ne deviennent effectives qu’à partir de 1929 avec des variétés de Robusta de Java sélectionnés à la station expérimentale à Ebolawa. Les renommées forets équatoriales du Cameroun forment des milieux ombragés idéaux pour la culture du café. Les régions de Bamenda et de Foumban sont les plus connues. Les variétés d’Arabica, originaires de la Jamaïque et de Colombie, se développent dans les régions montagneuses de l’ouest (Bafoussam), et du nord, à 1500m d’altitude en moyenne. Aujourd’hui le Cameroun produit environ 85% de Robusta contre 15% d’Arabica. Les familles cultivent en moyenne de 2 à 10 hectares de terres. Les cultures sont dispersées entre les arbres d’ombrages et les cultures vivrières tels les maïs, bananiers, avocatiers, ... Le rendement à l’hectare est faible (200 à 500kg/ha). La production a suivi des aléas très importants en raison de la libéralisation de la filière et de la crise mondiale du café entre 1980 et 2004. Face aux difficultés, les producteurs s’ organisent davantage en coopératives. Les régions montagneuses de l’Ouest et du Nord concentrent toutes les cultures d’Arabica. Le sol y est volcanique, noir et riche en humus, contrairement au sol rouge, ocre et pauvre des bassins du Centre et de l’Est ou s’étendent la grande majorité des cultures de Robusta. L’usage des fertilisants et des pesticides est peu fréquent. Comme la plupart des cafés de l’Afrique de l’Ouest, les cafés sont souvent utilisés pour en faire un assemblage avec une autre origine.

3 article(s)

par page

Par ordre décroissant

3 article(s)

par page

Par ordre décroissant