L’Écossais James Taylor y plante vers 1860, les premiers théiers en provenance de Chine et d’Assam. Aujourd’hui les plantations couvrent une grande partie de l’île et s’étendent jusqu’à 2500 m d’altitude. Les liqueurs produites sont ambrées, onctueuses, boisées et charpentées. Principalement producteurs de thé noirs, certains jardins de l’île s’essayent désormais à la manufacture noble du THÉ BLANC pour des lots confidentiels généralement réservés à la clientèle occidentale.

Moins rare que pour le thé blanc, la manufacture des THÉS VERTS s’amplifie chaque année à Ceylan. Produits essentiellement au printemps, ces thés tirent du terroir des hauts plateaux de l’île, une force et une structure qui les rendent singuliers dans l’univers des thés verts.

Quatrième producteur de thé au monde, Sri Lanka est l’île du THÉ NOIR par excellence. Cultivés au centre de l’île à une altitude de 1200 à 2000 mètres les thés de Ceylan sont principalement destinés à l’exportation. Les meilleures récoltes ont lieu essentiellement de janvier à fin mars.

Les thés corsés du Sri Lanka et d’Inde, riches en tanins, aiment les théières à parois poreuses. Les théières en fonte à l’intérieur émaillé comme les théières en métal conviendront également à la préparation de ces thés. Au fil des infusions, les parois s’imprègnent ainsi du tanin des thés et se «culottent». Pour en préserver tout le bénéfice, il est indispensable de ne jamais laver une théière autrement qu’en la rinçant à l’eau claire, sans l’essuyer, mais en la laissant s’égoutter. Un conseil, ne jamais utiliser de détergent !